Patrimoine de Dracy les Couches

Patrimoine de Dracy les Couches

La voie Agrippa

Entre Dracy et St Maurice passe la grande voie romaine, la voie Agrippa, qui reliait dans l'antiquité, Marseille à Boulogne sur Mer. Durant l'ancien régime, avant la révolution de 1789, Dracy et Saint Maurice faisaient partie intégrante de la Paroisse de Couches. Mais ces deux communautés de Dracy et de Saint Maurice formaient quand même une circonscription religieuse avec une église et un cimetière communs.

L'église et sa décoration intérieure

patr_71183_2.jpg

Cette église entourée de son cimetière était située à un kilomètres des deux villages sur le sommet du coteau méridional dominant la vallée de la Petite Vieille qui sépare Dracy de Saint Maurice. Elle représente un des rares témoignages des peintures et décorations du XIXème siècle qui nous soit parvenu en cette fin du Xxème siècle. A égale distance des deux villages, cet édifice dédié à Saint Maurice est déjà répertorié dans une charte de 1295 sous le titre de "Capella Sancti Mauritii". Aux dires des anciens, cette église ressemblait fortement à celle de Saint Gervais sur Couches. Elle était donc romane et de belle facture. On peut toujours voir aujourd'hui, au lieu dit "le vieux cimetière", un pan de mur de la vieille église entouré de fragments de tombes, le tout perdu dans d'épaisses broussailles. La communauté religieuse de Dracy et de Saint Maurice ayant été dissoute pendant la Révolution et son église étant déjà fort endommagée, n'eut plus d'autres églises que celle de Couches jusqu'à l'érection des deux communes en paroisses. Toutefois, indépendamment de l'église commune aux deux villages, Dracy avait une chapelle au centre du village qui avait été construite en 1715 sous le vocable de Saint-Claude par le Comte Pierre de Berbis, seigneur de Dracy. Le service de cette chapelle était dispensé par un vicaire de Couches qui avait le titre de chapelain. Le premier Chapelain de Dracy connu est Jacques Bouchet, qui par ailleurs dirigea la construction de la cuverie du château en 1728. L'entretien de cette chapelle et du prêtre desservant était assuré par le Comte de Berbis tel que nous le rapporte un acte du 27 novembre 1715. A cette époque, les premières démarches pour faire de Dracy une paroisse indépendante furent entreprises auprès de Monseigneur Charles d'Hallencourt, évêque d'Autun. Cette demande officielle nous relate également que Dracy comprenait alors près de "cent feux" soit environ 400 habitants (620 habitants en 1865 selon le dictionnaire des communes de saône et loire). Cette demande resta sans suite en raison de sombres pressions et de lutte d'influence. Ce n'est qu'en 1826, sur la demande expresse du Marquis de Grammont, seigneur de Dracy, que le village fut érigé en paroisse. Saint Maurice devait devenir également paroisse à part entière en 1864. Toutefois, le cimetière resta commun aux deux communautés jusqu'en 1879. Le chœur est beaucoup plus ancien puisqu'il a été formé par l'ancienne chapelle de secours dédiée à Saint-Claude (1715). On peut aujourd'hui encore bien remarquer la différence de style entre le chœur avec ses arcs en pierres et ses boiseries et le reste de l'église. En 1826, cette chapelle fut agrandie par la construction d'une grande nef que l'on harmonisa au mieux avec l'ancienne chapelle. Quelques années plus tard devant l'exiguité de l'église, le Marquis de Grammont fit construire deux nefs latérales, vraisemblablement à partir d'une structure en bois. Puis en 1837, le Comte de Villiers la Faye, héritier du Marquis de Grammont, prit l'initiative de faire construire le porche et le clocher actuel avec ses angles et cordons en pierres de taille; le fier clocher que nous connaissons aujourd'hui au milieu du village. L'église de Dracy représente un des rares témoignages des peintures et décorations du 19ème siècle qui nous sont parvenu en cette fin du XXème siècle.

Le lavoir de Dracy

patr_71183_3.jpg

 

 

 

 

lavoir hexagonal construit au XIX ième siècle

Près du lavoir, deux tables sont à votre disposition pour pique niquer; deux panneaux fournissent quelques informations relatives au passé de la commune de Dracy et de ses habitants

Le Château de Dracy

Le Chateau vue de l'allée

Ce bâtiment de 90 mètres de long flanqué de ces deux tours du XIIIème siècle et XVIème siècle est aujourd'hui un des rares ensembles, cuverie et cave, typique du XVIIIème siècle en Bourgogne. Le château de Dracy, était à l'origine une forteresse érigée en 1298 à quelques pas de la voie romaine Agrippa. Après Robert, Sire de Dracy, mort en 1402, Pierre de Lugny vient se fixer au château et construit la chapelle encore intacte de nos jours avec, en clef de voûte, l'écusson aux armoires de Lugny. La seigneurie de Dracy devient un siècle plus tard, en 1547, propriété de Lazare Morin de Cromey, Conseiller et Procureur Général au Parlement de Bourgogne. Avec une grande persévérance, le château est sans cesse restauré au lendemain des atteintes que lui font subir les rivalités guerrières. En 1593, il est une fois de plus assiégé, défendu par le Maréchal de Tavannes, il fut pris par le Seigneur de Marnay. Philippe de Berbis, Conseiller au Parlement de Dijon devient alors, par son mariage avec Dame de Lugny, Seigneur de Dracy, mais lui aussi ne devait pas connaître une complète tranquillité, car en 1632, le fief est pillé par trois compagnies de chevaux légers, commandés par les neveux du Maréchal de Narillac. En 1705, Le Marquis Michel de Grammont, lieutenant Général des armées du Roi, devient par son mariage, seigneur de Dracy et après lui son fils Ferdinand. Pendant la Révolution, Ferdinand, emprisonné en 1794, fut relâché à la suite d'une requête des habitants de Dracy. La cave du château, d'une seule travée de 70 mètres, fut construite en 1725 par Jacques Bouchet, chapelain de Dracy, sur l'emplacement d'une première cuverie datant de 1547, témoignage de l'existence du domaine viticole, déjà, à cette époque. Dracy devient propriété de la famille Charrette de la Contrie. Durant les années 1960, le Baron Joseph de Charrette entreprit la replantation des meilleurs coteaux du domaine, au lieu dit " le bon côté". Depuis 1983, Benoît de Charrette assure les destinées du Château de Dracy, tout en ayant rejoint l'équipe dirigeante de la Maison Bichot, renforçant ainsi les liens qui perdurent entre les deux familles depuis 1905. Le Château comporte notamment une cuverie toujours en service qui date de 1728. Ce bâtiment de 90 mètres de long flanqué de ces deux tours du XIIIème et XIVème siècle est aujourd'hui un des rares ensembles, cuverie et cave, typique du XVIIIème siècle en Bourgogne.